avatar

160 ans d’acclimatation sur la Côte d’Azur

Un petit tour au jardin botanique de la Villa Thuret, situé sur le cap d’Antibes !

Nombre de spécimens
3259
Contributions
50939
Chef de mission
Ouverture
07 février 2020
Contribuer
6 février 2020

Nouvelle question : phénologie

Bienvenue ! Une nouvelle question sur la phénologie est disponible sur cette mission. Retrouvez les explications dans la présentation :)

44 membres
3259 spécimens vus
2752 spécimens complets

Avancement de la mission

Objectif : 2752 / 3259 specimens

Cette mission originale invite les herbonautes à découvrir la diversité des espèces exotiques introduites dans le sud de la France depuis le milieu du XIXème siècle. Ces plantes ont contribué à façonner la Côte d’Azur, l’un des paysages urbains les plus renommés au monde. Palmiers, eucalyptus, mimosas et autres melaleucas ... faisaient rêver les botanistes, les collectionneurs et les passionnés d’exotisme qui les ont introduits dans le sud-est de la France dans des « jardins d’acclimatation ».

Un nouveau champ fait son apparition : la phénologie. Regardez les explications de celui-ci sous la présentation de la mission.

Le jardin botanique de la Villa Thuret, situé sur le cap d’Antibes, est l’un des plus anciens. Il a eu un impact majeur dans l’introduction et la diffusion de ces espèces. Plus de 4000 taxons ont été introduits et étudiés entre 1857 et 1875 ! Nombre d’entre eux sont désormais si communs, si bien intégrés au paysage, qu’on en vient à oublier leur origine exotique. Les scientifiques de l’INRAE essaient de reconstituer l’histoire de ce processus d’acclimatation, pour connaître les voies d’introduction, comparer et analyser réussites et échecs, et aider à la recherche des ressources végétales du futur.

L’herbier historique de la Villa Thuret est une source précieuse d’informations pour identifier, dater et caractériser les espèces emblématiques introduites dans les Alpes-Maritimes. Des échantillons d’espèces autochtones et des échantillons récoltés ailleurs qu’en France se glissent parmi ceux que nous recherchons. Les échantillons récoltés dans le jardin botanique ou à l’extérieur témoignent de leur présence sur ce territoire, des travaux en cours, des réseaux et des échanges de cette époque. Ces derniers sont le plus souvent récoltés par Gustave Thuret (1817-1875), son ami Edouard Bornet (1828- 1911) ou leur successeur Charles Naudin (1815-1899). Les données d’herbier complèteront celles issues de l’exploitation d’archives inédites en cours d’exploration (correspondances, Index seminums, inventaires ...).
Aidez-nous à les retrouver et à les caractériser !

carte postale de la vilmla Thuret ; 1899
Villa Thuret, 1899 (carte postale)

L’histoire de « l’acclimatation » sur la Côte d’Azur

La frange littorale du sud-est de la France a connu au XIX ème siècle un engouement particulièrement fort pour la botanique et l’introduction d’espèces exotiques. Botanistes, amateurs, jardiniers et horticulteurs se passionnèrent pour une flore exotique dont ils expérimentèrent l’accommodation sur le territoire. Ces végétaux venus de pays lointains étaient prisés pour leur originalité et leur pouvoir évocateur à une époque de recherche d’exotisme. Diffusés dans les villes et jardins, ils apportèrent une ambiance d’apparence ‘tropicale’ qui marqua profondément le paysage. Ces espèces sont aujourd’hui devenues emblématiques de la Côte d’Azur. Elles ont enrichi le patrimoine des ressources biologiques locales et contribué à la diversification des plantes utiles. Elles ont aussi alimenté l’horticulture, activité qui s’est développée sur la Côte d’Azur au début du XXème siècle.

 

Les travaux de Gustave Thuret

Le botaniste Gustave Thuret s’installa sur le cap d’Antibes en 1857 et y fonda un jardin botanique où il introduisit des milliers d’espèces du monde entier. Avec ses collaborateurs et ses successeurs (Edouard Bornet, Charles Naudin, Georges Poirault), il contribua de façon majeure à l’essor de l’acclimatation dans la 2 ème moitié du XIX ème siècle en apportant sa démarche scientifique et en diffusant les espèces étudiées et les connaissances auprès des autres botanistes, horticulteurs et jardiniers de la région.

Le processus d’acclimatation est étudié par l’UEVT avec plusieurs objectifs :
- Retracer l’histoire des espèces végétales introduites à la Villa Thuret depuis le milieu du XIX ème siècle ;
- Etudier la diffusion locale de ces espèces et l’évolution de leur répartition au fil du temps ;
- Analyser le processus « d’acclimatation » à partir de ces données historiques, des échecs et des réussites ;
- Alimenter les bases de données partagées sur les espèces méditerranéennes, leur phénologie, leur adaptation aux changements globaux.
Ces résultats sont ensuite analysés pour construire une méthodologie et orienter les choix des espèces à introduire en fonction des besoins scientifiques et d’expérimentation.

 

Consigne particulière

Cette mission comporte un nouveau champ. Voici une petite explication.

Phénologie

La phénologie est l'étude de l'apparition d'événements périodiques (annuels le plus souvent) dans le monde vivant, déterminée par les variations saisonnières du climat. On étudie surtout la phénologie des végétaux, mais aussi des animaux (notamment des oiseaux et insectes), des champignons, et même, dans le monde non vivant, des glaciers.
En botanique, les événements périodiques sont par exemple la floraison, la feuillaison, la fructification, la coloration des feuilles des végétaux (définition extraite de Wikipedia).

Sur les spécimens d'herbiers il est possible d'observer divers stades phénologiques, en fonction des dates de récolte des végétaux. Ainsi noter quels organes sont visibles sur un spécimen, associé à sa date de récolte peut permettre notamment de retracer des événements climatiques, de suivre l'adaptation des végétaux et leur réponse morphologique, par exemple. Les données d'herbier sont également des éléments pertinents intégrés dans les recherches liées au changement climatique. En savoir plus.

Ce nouveau champ permet de répondre à la question : que voit-on sur ce spécimen ? Des fleurs ? Des fruits  ?

 

Comment remplir ce champ ?


Cochez les valeurs qui sont présentes sur la plante.


> Si vous voyez quelque chose mais doutez de ce que c'est (une fleur ? un fruit ?) alors renseignez "Je ne sais pas ce que c'est".
> Si la plante est une fougère ou une poaceae (graminée), il est difficile de distinguer les fruits des fleurs. Si le spécimen comporte des spores, sporanges pour une fougère par exemple alors cochez "Fertile".
> S'il y a seulement des tiges et des feuilles (= ni fleur, ni fruit) alors choisissez la case "Rien de cela".
> Si vous n'êtes pas totalement certain de vos réponses ("on dirait vraiment une fleur quand même") alors cochez "J'hésite" en plus des valeurs adaptées.

Retrouvez ces informations en survolant la bulle "Aide" sur la question.

illustration de plusieurs espèces
par C. Slagmulder INRAE PACA.

Quelques publications pour en savoir plus

Jones, Casey & Daehler, Curtis. (2018). Herbarium specimens can reveal impacts of climate change on plant phenology; a review of methods and applications. PeerJ. 6. e4576. 10.7717/peerj.4576.
Hart, Robbie & Salick, Jan & Ranjitkar, Sailesh & Xu, Jianchu. (2014). Herbarium specimens show contrasting phenological responses to Himalayan climate. Proceedings of the National Academy of Sciences. 111. 10615 - 10619. 10.1073/pnas.1403376111.
Davis, Charles & Willis, Charles & Connolly, Bryan & Kelly, Courtland & Ellison, Aaron. (2015). Herbarium records are reliable sources of phenological change driven by climate and provide novel insights into species' phenological cueing mechanisms. American journal of botany. 102. 10.3732/ajb.1500237.
Calinger, Kellen & Queenborough, Simon & Curtis, Peter. (2013). Herbarium specimens reveal the footprint of climate change on flowering trends across north-central North America. Ecology letters. 16. 10.1111/ele.12135.

Cette mission, lauréate de l'appel à projets 2018, est proposée par Sarah Delorme et Catherine Ducatillion - Unité Expérimentale Villa Thuret.

Illustrations :
- Vignette : Villa Thuret, par C. Slagmulder, INRAE PACA
- Panorama : Photographie personnelle, par Daderot —Domaine public, via Wikimedia commons
- Carte postale : Villa Thuret, 1899 by Unknown, Public Domain, via Wikimedia commons

Top des botanistes renseignés

Aucune donnée pour l'instant
Nom Nombre d'entrées validées
{{ botanist[0] }} {{ formatNumber(botanist[2]) }}

Les siècles

Pays

Régions

Nombre de spécimens

Avancement par question

spécimen {{ q.shortLabel }}
{{ stat.specimen.code }}
· {{ qs.answerCount }}
Afficher plus de contributions Chargement Toutes les contributions sont affichées
# Herbonaute Total {{ q.shortLabel }}
{{ $index + 1 }} {{ stat.user.login }} [compte supprimé] {{ stat.answerCount }} {{c.answerCount}} ·
Afficher les membres suivants Tous les membres sont affichés
Seuls les membres ayant contribué au moins une fois apparaissent dans le classement.

Aucun résultat

 
{{message.author}}
{{discussion.title}}
[compte supprimé]
Ce message a été modéré par {{message.moderator}}
Montrer tous les messages
La discussion est close

Derniers messages

Aucun résultat

{{message.author}}
{{message.author}} [compte supprimé]
Ce message a été modéré par {{message.moderator}}

Activité

Afficher plus d'activité Chargement Toute l'activité est affichée
Conçu et développé par