avatar

Jetez-vous à l’eau pour les Nymphaeaceae !

Rendues célèbres par de nombreux artistes comme Claude Monet, et ce depuis l’Antiquité, les Nymphaeaceae n’en finissent pas de nous séduire. Afin de mieux comprendre leur devenir à l’heure de l’Anthropocène, il est nécessaire d’utiliser les données du passé pour pouvoir lire l’avenir de cette famille.

Nombre de spécimens
4041
Contributions
31418
Chef de mission
Ouverture
08 juin 2022
Contribuer
8 juin 2022

plouf !

la mission est ouverte, bonne baignade ;-)

26 membres
1391 spécimens vus
1239 spécimens complets

Avancement de la mission

Objectif : 1239 / 4041 specimens

 

Jetez-vous à l’eau pour les Nymphaeaceae !

 

Rendues célèbres par de nombreux artistes comme Claude Monet... et ce depuis l’Antiquité, les Nymphaeaceae n’en finissent pas de nous séduire. Réparties en 3 genres, Barclaya, Nymphaea et Nuphar, ces plantes sont qualifiées d’hydrophytes (elles sont totalement dépendantes de la masse d’eau), mais leur reproduction sexuée a lieu hors de l’eau. Ainsi, leur floraison a, de tous temps, égayé nos promenades dans la nature ou dans les jardins…

 

Claude Monet : Le bassin aux nymphéas, harmonie verte (Musée d'Orsay). Les Nymphéas (Musée Marmottan Monet).

 

Etudier les conséquences des changements globaux sur les Nymphaeaceae

 

Extrêmement fragiles du fait de leur relative petite taille, les zones humides ont subi des bouleversements majeurs ces derniers siècles. Afin de mieux comprendre la réponse des Nymphaeaceae et leur devenir à l’heure de l’Anthropocène, il est nécessaire d’utiliser les données du passé pour pouvoir lire l’avenir de cette famille. Les planches d’herbier ont été préférentiellement mises en herbier en fleur. À ce titre, elles représentent une source d’information majeure quant à la phénologie de ces espèces, c’est-à-dire l’étude de phénomènes périodiques comme la floraison. Leur date de récolte permettrait par conséquent de déterminer de potentiels décalages de date de floraison au cours de ces derniers siècles. Ainsi, il serait possible de quantifier les conséquences du changement climatique en cours sur cette famille.

Du fait des activités humaines, les modifications des habitats participent également à des modifications de répartition des plantes. Les Nymphaeaceae occupent des niches écologiques correspondant à des eaux stagnantes ou à faible courant (mares, canaux, fossés, rivières...). À l’échelle mondiale, on retrouve certains individus à plus de 3000 m d’altitude. En plus de la phénologie, c’est aussi la répartition de cette famille qui se trouve impactée par les changements globaux.

 

Détail d'etiquette, collection Jordan (LY0824075) de Nuphar luteum récolté en 1862 aux Charpennes, quartier de Villeurbanne (Lyon) aujourd’hui totalement urbanisé.

Ces questions d’impact des changements globaux (dont le changement climatique) sur les plantes aquatiques intéressent particulièrement les équipes scientifiques du LEHNA (Laboratoire d’Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés) à l’initiative de cette mission. L’objectif est donc de caractériser un éventuel décalage de phénologie et de répartition des Nymphaeaceae en comparant les données des planches d’herbier avec les connaissances écologiques actuelles de cette famille.