avatar

Les Geraniacées d'Afrique du Nord

Mission terminée

Première mission d’une longue série pour découvrir les plantes de l'Afrique du Nord et participer à la réalisation d'une future flore. L’objectif de cette mission est la compréhension de la distribution biogéographique des espèces dans le cadre du projet de flore numérique du Maghreb, projet collaboratif entre botanistes algériens, tunisiens, marocains, français et suisses, qui se base sur la mise à jour et la publication sur le web de la « Nouvelle flore de d’Algérie » de Quézel et Santa (1963). Cette flore sera bien entendu accompagnée de cartes de répartitions, de dessins et de photographies couleurs, et dans laquelle sont ajoutées les espèces tunisiennes, puis marocaines, afin de fournir un outil d’identification des plantes du Maghreb. La mission est animée par Cyrille Chatelain (Conservatoire et jardin botaniques de Genève) Les herbonautes rendent hommage à Pierre Quézel, disparu en 2015.

Nombre de spécimens
3732
Chef de mission
cyrille.chatelain.5
Ouverture
04 décembre 2015
Mission terminée
11 janvier 2016

Coupure mardi/mercredi

Le site sera arrêté mardi 12/01 à 16h30 et redeviendra accessible mercredi 13 dans l’après-midi. Nous implémentons des nouveautés : vous pouvez vous familiariser avec celles-ci (dont la nouvelle connexion) http://lesherbonautes.mnhn.fr/contents/version2

82 membres
3732 spécimens vus
3730 spécimens complets

Avancement de la mission

Objectif : 54461 / 3732 contributions

Top contributeurs

Les Geraniacées d'Afrique du Nord

 

Première mission d’une longue série pour découvrir les plantes de l'Afrique du Nord et participer à la réalisation d'une future flore.  L’objectif de cette mission est compréhension de la distribution biogéographique des espèces dans le cadre du projet de flore numérique du Maghreb,  projet collaboratif entre botanistes algériens, tunisiens,  marocains, français et suisses, qui  se base sur la mise à jour et la publication sur le web de la « Nouvelle flore de d’Algérie » de Quézel et Santa (1963). Cette flore sera  bien entendu accompagnée de cartes de distribution,  de dessins et de photographies couleurs, et dans laquelle sont ajoutées les espèces tunisiennes puis marocaines,  afin de fournir un outil d’identification des plantes du Maghreb.

 

 

Il faut savoir qu’hormis la flore du Maroc qui est récente (2007, 2015), les autres flores sont antérieures à 1963, et un gros travail de description reste à faire. Dans un environnement soumit à une très forte pression humaine, un outil d’identification complet est plus que nécessaire et surtout utile aux étapes ultérieures pour comprendre l’écologie des espèces, réaliser des inventaires et si besoin, élaborer des listes rouges, puis mettre en place des politiques de conservation. (Photo: C. Chatelain)

Les Geraniaceae d’Afrique du Nord sont représentées par 90 taxons dans trois genres : Monsonia, Geranium et Erodium, ce dernier genre est le plus diversifié, avec 55 taxons dont 6 endémiques du Maroc et 3 de l’Algérie. Il  a été révisé et traité par   G.G. Guittoneau sur le pourtour méditerranéen.
En Afrique du Sud, c’est le genre Pelargonium avec au moins 277 taxons et faussement appelés «Géranium des balcons».  En Europe,  ce sont plutôt les Erodium et surtout les géraniums dont le plus connu est probablement  l’Herbe à Robert (Geranium robertianum L.). 

Les récoltes botaniques réalisées en Afrique du Nord sont essentiellement conservées à Montpellier, mais l’herbier de Paris abrite l’ensemble des anciennes et très nombreuses collections de Cosson de 1852 à 1861,  de Balansa  de 1847 à 1848  et des collections plus récentes de  Maire  1918-1931  et de nombreux autres botanistes.

Cette première mission concerne les échantillons de Paris, mais dans le processus "E-ReColNat" et de scannage de l'Herbier de Rabat, plus de  de 770 images d'échantillons on été intégrées. Il faut rappeler que l'Herbier de Rabat (RAB) est le plus grand herbier du Maghreb, qui conserve des doubles des collections anciennes du Maroc, présentes dans les herbiers de Paris et de Montpellier. Aussi, l’herbier RAB aujourd’hui, est bien entretenu et régulièrement alimenté de spécimens nouveaux, récoltés par des botanistes marocains et étrangers.
 
Le professeur G.G. Guittoneau, spécialiste des Erodium, donnera son concours à cette mission,  pour nous remettre si besoin dans le droit chemin et nous faire profiter de sa connaissance.

 

 

Nous aimerions dédier très modestement cette première mission virtuelle en Afrique du Nord, à Pierre Quézel qui nous a quitté cet automne pour rejoindre un jardin encore plus vaste, et qui nous regarde probablement depuis une de ses hautes montagnes dominant la méditerranée. Il faut juste témoigner de ce personnage hors du commun, sans doute le meilleur connaisseur de la flore et de la végétation de l?ensemble de la Méditerranée qu'il avait parcouru dans tous les sens, et ce pendant plus d'un demi siècle, sans oublier ces multiples expéditions (« tournées » comme il disait) dans le Sahara centro-occidental ! Les élèves qu'il avait formés en France mais aussi en Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Grèce, Syrie, Turquie, Italie, Espagne, etc., se souviendront de cet esprit brillant, doté d'une prodigieuse mémoire et d'une culture hors du commun, mais toujours empreint de discrétion et modestie.
 


Pierre Quézel dans son jardin, photo: F. Medail

 

 

 

 

 

 

 

 

 


QUELQUES CARTES:

Petit Apperçu du voyage en Tunisie de Doumet -Adanson, Bonnet et Mayer en 1884

 

Itinéraire du Rabin Mardochée dans le Sud du Maroc en 1875, en direction du Djebel Tabayoudt

Les localités sont difficilement identifiables sur les cartes! si vous identifiez ici des erreurs, Merci de nous en faire part.