avatar

Les pivoines, plantes du guérisseur Paeon

Mission terminée

Les pivoines que l’on rencontre chez les fleuristes et dans les jardins représentent des centaines de variétés horticoles qui rivalisent par l’esthétique et le parfum de leurs fleurs. Mais les pivoines existent avant tout à l’état sauvage avec une trentaine d’espèces : c’est à partir de ces espèces prises dans la nature que les variétés horticoles ont été obtenues par croisements et sélections.

Nombre de spécimens
1347
Chef de mission
FouGR
Ouverture
22 septembre 2012
Mission terminée
125 membres
1342 spécimens vus
398 spécimens complets

Avancement de la mission

Objectif : 20789 / 10000 contributions

Top contributeurs

© Paulina Anastasiu

Paeonia peregrina Mill.
Population naturelle de Roumanie

Les pivoines que l’on rencontre chez les fleuristes et dans les jardins représentent des centaines de variétés horticoles qui rivalisent par l’esthétique et le parfum de leurs fleurs. Mais les pivoines existent avant tout à l’état sauvage avec une trentaine d’espèces : c’est à partir de ces espèces prises dans la nature que les variétés horticoles ont été obtenues par croisements et sélections.

Les espèces de pivoines se répartissent en deux catégories : les herbacées qui se font oublier en hiver avant de réapparaître chaque printemps, et les ligneuses qui sont de véritables arbustes. Les espèces herbacées se répartissent largement dans l’hémisphère nord depuis le Bassin Méditerranéen jusqu’au Japon avec quelques rares représentants en Amérique du Nord, alors que les espèces arbustives sont retreintes à l’Asie, essentiellement la Chine.

Les populations de pivoines sont devenues rares dans la nature, probablement suite à la détérioration de leurs habitats ou de prélèvements excessifs. Les spécimens d’herbiers permettent d’obtenir des informations sur les répartitions historiques des espèces et leurs évolutions au cours du temps.

D’où vient le nom de Pivoine ?

Dans la mythologie grecque, le dieu Paeon est un médecin qui s’est notamment illustré en guérissant les dieux Hadès et Arès à l’aide de préparations de plantes. Jalousé pour ses talents, Paeon est assassiné par Asclepios, le dieu de la médecine. Mais Arès, reconnaissant envers Paeon pour l’avoir guéri, transforma Paeon en une jolie plante aux fleurs magnifiques, la pivoine (d’où le nom scientifique de la pivoine : Paeonia, qui fut formellement décrit par Linnée en 1753).

C’est peut-être comme ça que le pouvoir magique et de multiples vertus médicinales ont été attribués aux pivoines en de nombreux pays...


Extrait de l’ouvrage de Theodore Dorsten ‘Botanicon, continens herbarum…’ paru en 1533 en latin, rassemblant les connaissances du 16e siècle concernant les propriétés pharmacologiques des plantes. Les propriétés médicinales des racines de pivoines sont notamment évoquées ici.